Thierry Giambelluco, expert Maison passive France – Passivhaus 1


sans-titreJe me présente, je suis Thierry Giambelluco, gérant de la société Bebio-Construction. Notre vocation est de concevoir et réaliser des maisons passives, dans le respect des règles du Passiv Haus Institute dont nous avons obtenu la certification.

J’ai souhaité créer ce blog afin d’éclairer tout un chacun sur l’intérêt de choisir ce label. C’est pour nous, l’occasion d’échanger et de donner des clés sur la construction passive, son intérêt qualitatif et économique et comprendre sa différence avec d’autres construction qui répondent aux dernières réglementations tel que la RT2012.

Nous vous ferons également partager nos réalisations en cours (en neuf comme en rénovation) étape par étape, afin de mettre en image les aspects techniques (matériaux, procédés constructifs, etc….) qui peuvent être source de questionnement.

Mais avant toute chose, j’ai souhaité ouvrir ce blog pour donner la parole (comme je le ferai régulièrement) aux maîtres d’ouvrage qui ont sauté le pas. Ils pourront ainsi vous donner leur témoignages, vous faire part de leur choix et de leur ressenti une fois le projet abouti. J’espère que cette interface, sera pour vous la première porte ouverte sur une nouvelle perception de l’habitat.


Envoyez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Thierry Giambelluco, expert Maison passive France – Passivhaus

  • BERNARD TURPIN

    Pourquoi avoir fait le choix d’une Maison Passive ? Nous avions fait le choix de construire dans le Luberon, mais, nous ne nous sommes pas réveillés un beau matin d’été, en nous disant : « nous allons faire construire une maison passive ». Il y a eu tout un cheminement, avec des obstacles à dépasser, pour en arriver à cette décision. Certains nous dissuadent de faire construire, en donnant de nombreux exemples de malfaçons. Il faut se familiariser avec un langage et un savoir qui nous sont inconnus et persister dans la recherche d’un terrain pour ne pas abandonner. Accepter d’être confronté à des choix divers : par exemple, faire appel à un constructeur, un architecte ou un maître d’œuvre. Par ailleurs, nous n’avions visité que des maisons mal isolées. Nous avons avancé cahin-caha avec la ferme résolution de faire construire une maison confortable, été comme hiver, sans devoir investir dans un réseau de chauffage et de rafraîchissement lourd. Sinon, pensions-nous, « à quoi bon habiter dans le sud-est de la France ». Notre objectif d’alors était d’aller au-delà des exigences de la RT 2012 et d’obtenir le label Effinergie +. Mais, il n’y avait pas foule pour nous encourager dans cette démarche. Ce processus de certification apparaissait plus comme une entrave à la construction, qu’autre chose. Puis, nous avons été confrontés à un problème théorique qui nous a embrouillé l’esprit pendant un certain temps. Les tenants du « bioclimatique » mettent l’accent sur l’inertie des matériaux, alors que les tenants de « La Maison Passive » insistent sur l’étanchéité à l’air. Les premiers reprochant aux seconds de construire des maisons « thermos », inadaptées à la région méditerranéenne. Tout ceci ayant des conséquences directes sur le choix des matériaux. C’est grâce à deux rencontres décisives, pourtant éloignées de notre futur habitat, que nous avons pu faire le saut vers la construction d’une maison passive. La première, nous a fait prendre conscience de l’incohérence de notre projet. En effet, nous allions faire construire une maison en briques Monomur Bellenberg de 50 cm, avec des fenêtres triple-vitrage et, en même temps, nous étions contraints d’installer un plancher chauffant dans toutes les pièces et une VMC Hygro B pour pouvoir répondre aux exigences de la dite labellisation. La seconde rencontre nous a fait découvrir concrètement ce qu’est une maison passive, des matériaux à utiliser et démontré une maîtrise parfaite des coûts. L’architecte qui nous a accompagné avec succès jusqu’au dépôt d’une demande de permis de construire en Mairie, ne pouvait pas entièrement répondre à notre choix. Nous sommes donc partis à la recherche d’un architecte spécialisé en maison passive qui soit proche du lieu de construction. Nous avons parcouru internet de long en large et il n’y avait pas foule d’adresses en Vaucluse. Aujourd’hui, je sais que pour trouver facilement nous aurions dû passer directement par l’association « La Maison Passive » à Paris. Mais, nous avons fait une belle rencontre à La Roque d’Antheron. Nous avons longuement échangé avec Thierry GIAMBELLUCO, maître d’œuvre spécialement formé et prêt à nous accompagner. Enfin, le contrat fut signé … nous étions au début de l’aventure. Une aventure que nous vous raconterons … Notes : La référence principale de départ était le livre de Samuel Courgey et Jean-Pierre Oliva « La conception bioclimatique des maisons confortables et économes ». Quand on découvre une nouvelle façon de penser l’habitat, il faut du temps pour la comprendre et l’assimiler. Or, nous n’en avions pas, car il nous fallait décider vite au regard de notre recherche de terrain. Les deux rencontres décisives : Monsieur André, chef d’entreprise « Menuiseries André » : https://www.andre-menuiserie.fr/ et Madame Gug-Fouchet, architecte dans la Drôme : http://www.ideatectum.eu/.